La vie pourrait se transmettre dans la galaxie comme “une épidémie”

Deux chercheurs viennent de proposer que notre galaxie pourrait abriter des oasis de vie. Selon eux, si des formes de vie pouvaient voyager dans l’espace, nous serions en mesure de détecter des poches de planètes habitables colonisées par elles. Sommes-nous seuls dans l’Univers ? Et comment la vie est-elle apparue sur Terre ? Autant de questions auxquelles les travaux de deux chercheurs de centre d’astrophysique Harvard-Smithsonian tentent de répondre. Et leurs conclusions sont plutôt étonnantes.

Selon eux, la Voie Lactée pourrait abriter de petites oasis de vie. Pour arriver à cette conclusion, ils ont établi un modèle informatique mettant en jeu une théorie proposée dès l’Antiquité : la panspermie. Elle propose que la Terre aurait pu être fécondée depuis l’espace. Autrement dit, les premières formes de vie seraient venues d’un autre monde et auraient commencé à se développer et évoluer sur notre planète. La Voie Lactée est-elle déjà infectée par la vie ? La panspermie pourrait avoir lieu de deux manières différentes. Une voie “active”, si une espèce intelligente venait à coloniser d’autres mondes. Ou une voie “passive”, si de petites formes de vies étaient apportées sur une nouvelle planète par des comètes ou des astéroïdes.

Les travaux récents d’Avi Loeb et Henry Lin n’avaient pas pour but de valider l’hypothèse de la panspermie, mais uniquement de savoir si nous pourrions en trouver des traces. Et d’après les deux astrophysiciens, la réponse est oui ! “Dans notre théorie, des grappes de vie se forment, grandissent et se chevauchent comme des bulles dans une casserole d’eau bouillante,” a expliqué Henry Lin dans un communiqué. Ainsi, le jour où des chercheurs détecteront une forme de vie sur une planète lointaine, ils auront toutes les raisons de penser que les planètes habitables voisines pourraient elles aussi en accueillir. À titre de comparaison, les scientifiques ont expliqué que si une personne est malade, on est en droit de penser que son voisin l’est aussi. Avi Loeb a insisté : “La vie pourrait se propager d’une étoile hôte à une autre selon un modèle similaire à une épidémie. Dans un sens, la Voie lactée deviendrait infectée par des poches de vie”.

Un bon point de départ, mais une limite de taille Justement, il s’avère que nous connaissons déjà une planète où l’on peut détecter des formes de vie : la nôtre. Il s’agit donc d’un bon point de départ pour fouiller l’oasis de vie qui pourrait se trouver autour de nous. Mieux, si par chance la Terre se trouve à la limite d’une de ces oasis, tous les mondes habités les plus proches se trouvent dans une seule moitié du ciel, et l’autre moitié est vide. Voilà qui réduirait considérablement notre champ de recherche. Avie Loeb et Henry Lin ont néanmoins admis que leur théorie souffrait d’une limite non-négligeable : le déplacement des étoiles. Car si elles s’éloignent les unes des autres plus rapidement que la vitesse à laquelle se produirait la panspermie, alors les oasis n’existent pas. Les mondes habités seraient éparpillés partout dans la galaxie, seuls. Et peut-être qu’une espèce aussi intelligente que la nôtre scrute éperdument son côté de la Voie Lactée à la recherche de formes de vie, même microbiennes. Publié par François Maginiot, le 16 septembre 2015

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/vie-extraterrestre/la-vie-pourrait-se-transmettre-dans-la-galaxie-comme-une-epidemie_art35922.html
Copyright © Gentside Découverte

Share on FacebookShare on LinkedInGoogle+Email to someonePrint this page

1 Comment.

  1. Linossier

    Très intéressant.

Leave a Comment.