Le bonheur selon Steve Jobs et Richard Branson.

Par Marion Degeorges

Les Echos

 

Ces deux milliardaires peuvent nous inspirer dans un tout autre domaine que celui dans lequel ils ont réussi.

 

Pour des conseils sur « comment devenir milliardaire ? », il paraîtrait normal de prendre exemple sur le créateur d’Apple Steve Jobs, ou sur celui de Virgin, Richard Branson. Sachez que lorsqu’il s’agit de bonheur, vous pouvez aussi vous inspirer de ces deux hommes. C’est en tout cas ce que conseille l’auteur Mark Thompson dans les colonnes de Inc..

Ce qu’il faut retenir de ces leaders plutôt efficaces dans leur domaine, indique-t-il, c’est qu’ils se focalisent sur ce qu’ils soutiennent, plutôt que ce qu’ils désapprouvent. « Si vous faites pareil chez vous et au travail, vous allez être plus efficace, vous sentir plus riche, et oui, vous allez même mieux dormir ! ».

Lister 3 moments agréables par jour

Ce conseil que Steve Jobs s’appliquait, vient du professeur Martin Seligman, spécialiste de la « psychologie positive » à l’Université de Pennsylvanie. « Il semble normal d’analyser les événements négatifs, afin d’en tirer des enseignements et de les éviter à l’avenir », note-t-il d’abord, précisant qu’il s’agit d’un des comportements qui nous a permis d’évoluer. « Nos ancêtres qui passaient leur temps à se prélasser dans un océan d’évènements positifs au lieu de se préparer au désastre, eux, n’ont pas survécu à l’Âge de glace », explique-t-il.

Ressasser les moments négatifs d’une journée serait donc un réflexe naturel, résume Martin Seligman. Le problème, c’est que notre penchant pour ce « pessimisme perpétuel » nous entraîne dans une spirale qui, au mieux : aggrave l’anxiété, ne nous prépare pas à des jours meilleurs, et ne nous rend pas très fun et attrayant aux yeux des autres.

Donc pour contrer ce mécanisme, indique le professeur, il faut entraîner son cerveau à repenser aux points positifs : « Chaque soir de la semaine prochaine, réservez-vous 10 minutes avant d’aller dormir. Ecrivez trois choses qui se sont bien passées dans la journée, et pourquoi elles se sont bien passées. Peu importe le support, il est important de garder une trace de ce que vous avez écrit. Ces trois choses n’ont pas besoin d’être d’une importance extraordinaire ».

Savoir remercier et encourager

Le deuxième conseil vient de Richard Branson, indique Mark Thompson qui a déjà reçu des petits mots sympa de la part du patron de Virgin. Richard Branson a en effet pris l’habitude d’écrire des lettres réconfortantes à ses proches, ses amis, et ses collaborateurs.

« Le simple fait d’écrire un petit mot authentique à quelqu’un peut améliorer et stimuler les relations de façon permanente », assure Mark Thompson. « Imaginez le pouvoir du petit mot d’un papa qui liste a sa fille ado les différentes façons dont elle l’inspire ; ou celui d’un fils qui écrit à sa mère pour la remercier de quelque chose qu’elle a fait pour lui », suggère l’auteur.

Pour cela aussi, le professeur Martin Seligman a un conseil pratique : « Fermez les yeux. Imaginez le visage d’une personne toujours vivante qui, il y a plusieurs années, a fait ou dit quelque chose qui a changé votre vie pour le mieux. (…) Vous l’avez ? Ecrivez-lui une lettre de reconnaissance et (si possible) donnez-la lui en personne ».

Sur la forme, le psychologue conseille d’écrire environ 300 mots. Sur le fond, il conseille de citer des exemples concrets et précis, et d’indiquer en quoi cela a affecté votre vie. Ensuite, vous n’avez qu’à appeler cette personne, et lui dire que vous aimeriez lui rendre visite tout en restant mystérieux sur la raison : « c’est encore plus fun quand c’est une surprise », précise-t-il.

« Parfois, notre “merci” est dit tellement nonchalamment ou rapidement qu’il est presque insignifiant », analyse Mark Thompson. Cet exercice est donc, selon lui, un moyen de se rattraper… Dans des proportions légèrement plus épiques. Et il l’assure : « Impossible de se sentir déprimé ce jour-là ».

Share on FacebookShare on LinkedInGoogle+Email to someonePrint this page

Leave a Comment.